Top Menu

Plan piscines : Saint-Denis, Pierrefitte et Villetaneuse profiteront des investissements du Département

A l’occasion de la séance du Conseil départemental du jeudi 10 novembre, j’ai présenté et fait adopter par notre assemblée un ambitieux plan de soutien à la construction et à la rénovation de piscines en Seine-Saint-Denis. Avec seulement 35 bassins pour près d’1,6 million d’habitants, notre département ne dispose que de 111 m2 de piscine pour 10 000 habitants quand la moyenne nationale est près de deux fois et demie supérieure. Nous ne sommes certes pas plus mal lotis que nos voisins des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne mais ce déficit des infrastructures rencontre dans notre département une réalité sociale préoccupante qui conduit à une terrible statistique qui veut qu’à peine un Séquano-dionysien sur deux entrant en 6e sache nager. Devant cette situation inacceptable, j’ai porté, aux côtés du Président Troussel, un ambitieux plan d’investissement, visant à corriger les manques les plus criants et à rénover les piscines les plus vétustes.

Le territoire de Plaine Commune étant historiquement moins bien doté en lignes d’eau que le reste du département, je me suis attaché à ce que nos communes soient les premières concernées par ce rattrapage. En plus de la possible construction de la piscine olympique à Saint-Denis dans l’hypothèse de plus en plus vraisemblable où nous obtenions l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, notre plan prévoit ainsi la reconstruction du complexe de Marville auquel le Département consacrera 12,5 millions d’euros et la création d’une nouvelle piscine à Pierrefitte pour un montant de 10 million d’euros. En outre, notre plan prévoit un soutien conséquent du Département à la rénovation de la Baleine et de la piscine de Villetaneuse qui pourra ainsi rouvrir ses portes.

 

Le Département poursuivra sa politique ambitieuse d’investissement avec son budget 2017

Plus tôt dans cette séance particulièrement dense, notre assemblée a tenu son traditionnel Débat d’Orientation Budgétaire. Ce rapport a été discuté dans un contexte financier difficile du fait, notamment, de la diminution très conséquente du soutien de la Région Île-de-France à notre Département. Sous l’impulsion de sa présidente Valérie Pécresse, la Région Île-de-France remet ainsi en cause son engagement aux côtés de la Seine-Saint-Denis pour rattraper son retard en matière d’équipements publics en refusant de signer avec notre collectivité un contrat particulier Région-Département comme cela était le cas à l’époque de Jean-Paul Huchon. Dans un chantage honteux, elle nous somme également de choisir entre le prolongement et la rénovation du T1 et la construction du Tzen3 comme si ces deux projets n’étaient pas, l’un comme l’autre, indispensables pour les habitants de la Seine-Saint-Denis.

Malgré la remise en cause du soutien de la région, ce Débat d’Orientation Budgétaire a permis de faire la démonstration de la capacité de la majorité départementale à investir toujours davantage dans l’avenir. Ainsi, le budget d’investissement de notre collectivité pour l’an prochain sera de 231 millions d’euros contre 221 cette année. Cet effort conséquent qui trouve notamment sa traduction dans le plan piscine (mais également dans le Plan Ambition Collèges, le Plan Mobilité Durable ou le Plan « A vos Parcs » que nous avons adoptés ces derniers mois) est rendu possible par la poursuite de notre recherche d’économies sectorielles sur les dépenses de fonctionnement et sur la maîtrise des dépenses de personnel. Plus que jamais pour le groupe des élus socialistes que j’ai l’honneur de présider au Conseil départemental, chaque euro dépensé par notre collectivité doit en effet être un euro utile pour les Séquano-dionysiens.

 

Lutte contre le gaspillage dans nos cantines

En fin de séance enfin, je suis intervenu pour soutenir la candidature de la Seine-Saint-Denis au programme européen Life par le biais d’un projet ambitieux de lutte entre le gaspillage alimentaire dans nos cantines. Grâce aux 3 millions d’euros que nous pourrions recevoir de l’Union européenne dans ce cadre, nous pourrons ainsi bientôt déployer cette démarche visant à minimiser la production de déchets générés par la restauration scolaire en Seine-Saint-Denis et entreprendre un travail en profondeur d’éducation à l’environnement, au goût et à la curiosité alimentaire.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close