Top Menu

 Madame, Monsieur

Vous avez peut-être découvert ce matin dans la presse ou entendu dire autour de vous que j’avais décidé de déposer un recours pour fraude sur les listes électorales auprès du tribunal d’instance. A ce stade, je souhaite vous expliquer ma démarche qui vise à dénoncer une manœuvre électoraliste de l’équipe du maire sortant qui déshonore notre démocratie en instrumentalisant la misère humaine à des fins politiciennes.

L’analyse attentive de la liste électorale de la ville de Saint-Denis a révélé la présence de 82 nouveaux électeurs sur 206 nouveaux inscrits de l’Union européenne, tous de nationalité roumaine et domiciliés à la même adresse. La liste de résidents enregistrés par la mairie à cette adresse en 2012 fait état de la présence de 76 personnes. Parmi elles, 34 figurent sur la dernière version de la liste électorale. On peut donc ainsi recenser 48 électeurs inscrits à cette adresse et ne figurant pas sur la liste des résidents connus. Dès lors, j’ai de très fortes suspicions de fraude sur la légalité de l’inscription de ces individus qui, pour jouir de la qualité d’électeur, doivent justifier individuellement d’un domicile réel ou d’une résidence de plus de six mois. Pour s’inscrire, il est ainsi nécessaire de présenter l’une des pièces suivantes : facture d’eau, d’électricité, de gaz, de téléphone, avis d’imposition ou certificat de non imposition, quittance d’assurance pour le logement, quittance de loyer, bulletin de salaire ou titre de pension mentionnant l’adresse (liste limitative telle que présentée sur le site de la mairie de Saint-Denis:  http://ville-saint-denis.fr/jcms/jcms/w_5878/elections).


Des doutes sur la démarche volontaire et individuelle

Au delà de cette question juridique fondamentale, cette vague d’inscription massive et concomitante, à quelques jours de la date limite, laisse supposer qu’une démarche groupée a été effectuée à des fins électoralistes. Si l’inscription est de droit pour tous les ressortissants de l’Union européenne domiciliés sur la commune, la demande, pour être valide, se doit, comme pour l’ensemble des citoyens, d’être volontaire et individuelle.

Je suis bien évidemment favorable à la participation citoyenne la plus large au scrutin municipal qui s’annonce. Je me suis toujours battu en faveur du droit de vote de l’ensemble des étrangers en tant que citoyen comme en tant que député. En septembre 2012, avec 76 autres députés, j’ai pris l’initiative d’une pétition visant à faire de cet engagement présidentiel une réalité. Mon combat sur ce sujet a toujours été constant et le restera dans l’avenir.

Le droit à la dignité pour tous

Les réponses du maire sortant et de son équipe à mes doutes sérieux et légitimes ne sont pas à la hauteur de l’enjeu. En tentant par une nouvelle manipulation d’assimiler ma démarche à une volonté de s’opposer au vote des Roms, ils essaient de créer un écran de fumée pour étouffer la manœuvre à laquelle ils se sont livrés. Mon seul souci aujourd’hui est de m’assurer de la légalité du scrutin à venir et de combattre sans relâche le cynisme de ceux qui ne reculent devant rien pour sauver un pouvoir menacé.

L’instrumentalisation de la misère humaine est une pratique moralement condamnable. En avalisant  ce bidonville aussi indigne de la condition humaine que dangereux pour ses occupants, en manipulant ses habitants, l’équipe du maire sortant, qui multiplie pourtant les leçons de gauche, démontre qu’elle est prête à transiger avec ses principes fondamentaux. Le débat démocratique inédit qui anime notre commune doit se faire dans le respect des règles électorales et ne saurait être terni par des pratiques d’un autre âge. 

Close