Top Menu

« Gabegie », « dépenses inconsidérées », « ruine »… Les Jeux Olympiques ont acquis ces dernières années une réputation pour le moins négative. Athènes, Sotchi, Rio sont des exemples qui sont mis en avant, parfois à juste titre, par les plus farouches opposants à l’organisation des Jeux en France. Pourtant le dossier de Paris est loin, très loin d’être identique de celui des dernières villes organisatrices.

La candidature qui a été présentée aux instances olympiques a été constituée de telle sorte que ces Jeux de 2024 auront pour objectif de laisser un héritage important sur les territoires et en particulier en Seine-Saint-Denis et surtout d’éviter de reproduire les erreurs du passé qui ont parfois mené certaines villes à des dépenses inutiles et inconsidérées.

La majeure partie des sites olympiques existent déjà et ceux qui doivent être construits le seront principalement en Seine-Saint-Denis. Le coût global de l’organisation d’un tel événement planétaire ne doit pas être vu comme une simple ligne comptable qui se résumerait à dire que l’argent public pourrait être utilisé autrement. Nous devons plutôt regarder cela en terme d’utilité pour le territoire et ses habitants. La construction d’infrastructures pérennes sera dans le cas de la candidature de Paris, génératrice de développement et de richesses pour les villes où se dérouleront les épreuves mais pas seulement.

Des jeux olympiques et paralympiques comme accélérateurs de projets

Si la France obtient l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques c’est toute l’Ile-de-France et des territoires qui vont au delà qui bénéficieront des retombées immédiates. Le développement des gares du Grand Paris qui était déjà prévu donnera un formidable coup d’accélérateur aux projets en cours. Cette accélération du calendrier sera d’autant plus bénéfique qu’économiquement le désenclavement de pans entiers de la région permettra de booster un développement parfois à la peine ces dernières années.

Cette candidature de Paris aux Jeux Olympiques et Paralympiques a voulu donner une réalité concrète à la métropole et corriger certaines inégalités encore bien trop présentes. Transports, aménagements urbains, équipements et infrastructures sportives seront autant d’apports qui permettront de donner à ces Jeux une dimension responsable. Le village Olympique qui prendra corps entre le quartier Pleyel de Saint-Denis, Saint-Ouen et l’Île-Saint-Denis sera construit avec pour objectif d’être transformé en logements sur un territoire très en demande. Les Jeux Olympiques permettront également le réaménagement du parc des sports de Marville à Saint-Denis et la reconstruction de sa piscine aujourd’hui vieillissante. Mais c’est le centre aquatique olympique qui sera la grande construction de ces jeux. Il sera relié au Stade de France par une passerelle et fera le lien entre deux quartiers aujourd’hui séparés par l’autoroute. Enfouissement des lignes à haute tension, franchissement des voies de chemin de fer qui permettra de relier le quartier de La Plaine et sa gare RER D à la nouvelle gare de Pleyel du Grand Paris Express, le prolongement du tramway T8 jusqu’à Paris…

Tous ces projets, et ils sont nombreux, sont nécessaires pour Saint-Denis et le Département mais aussi déterminants pour la transformation de la ville et son cadre de vie. Au total ce sont près de 3 milliards d’euros du public et du privé qui seront investis, en très grande partie en Seine-Saint-Denis, sans compter les transports qui étaient déjà prévus. Ces sommes seront dépensées sur un territoire qui en a besoin, nous n’allons pas nous en plaindre.

« Il ne faut pas répéter les erreurs qui ont été commises à la fin des années 90 lors de la construction du Stade de France ».

Saint-Denis sera la ville qui, après Paris, accueillera le plus d’épreuves. Elle sera également la plus impactée. Les nouveaux équipements et programmes immobiliers, la construction de nouvelles infrastructures vont mécaniquement faire évoluer la ville, changer son image réelle et supposée trop longtemps abimée. Ce sera également l’occasion d’attirer sur le moyen et long terme de nouveaux habitants qui jusque là se refusaient à s’installer. Il ne faut pas avoir peur que Saint-Denis se transforme et accueille davantage de mixité sociale surtout si cela va de pair avec l’amélioration des conditions de vie dans la ville.

Néanmoins il en ira du rôle des élus locaux et de l’Etat de réguler le prix du foncier et les aménagements privés dans la ville pour que l’arrivée de nouveaux habitants ne résume pas à une explosion des prix, des loyers et à un remplacement de population. C’est aussi notre rôle d’être vigilant quant au bon équilibre de l’évolution de la ville. Les plus précaires et les plus fragiles ne doivent pas être victimes de ce changement. Les élus et les acteurs locaux devront donc veiller à ce que la mixité sociale se fasse de façon équilibrée.

Il ne faut pas répéter les erreurs qui ont été commises à la fin des années 90 lors de la construction du Stade de France. Si cet équipement a eu et a encore un impact indéniable en terme économique, les aménagements du quartier de La Plaine qui a émergé en même temps, ne sont pas la réussite tant escomptée. Le développement de cette immense partie de la ville n’a pas été anticipé et on a abouti a voir émerger une ville dortoir coupée du centre. Le développement ne doit pas se résumer à un empilement de logements sur du foncier libéré. Il nous faudra également être attentifs à la réutilisation des sites olympiques pour que les fédérations sportives, les clubs de la ville et les habitants et les clubs sportifs de nos villes bénéficient au maximum de cet héritage de 2024.

En tant qu’élu local je serai aux côtés de nos concitoyens pour apporter la garantie que l’argent investi sera bien investi et permette de donner du sens à la ville tout en évitant de creuser les inégalités sociales. Nous ne devons pas voir les Jeux Olympiques et Paralympiques comme un risque, avoir peur que la ville change et évolue. Il faut au contraire se saisir de cette opportunité et avoir de l’ambition pour notre territoire en transformant cette compétition sportive en une chance durable pour Saint-Denis et le reste de notre département.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close