Top Menu

Comme chaque année, le Préfet est convié à assister à une séance du Conseil Départemental pour présenter le bilan des actions de l’Etat en Seine-Saint-Denis et pouvoir répondre à nos questions. Pour cette séance, j’ai choisi d’interroger le Préfet concernant les effectifs de policiers, l’état du remplacement des enseignants absents dans les établissements scolaires et l’organisation du futur regroupement entre l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis et celui de Gonesse.

Cette année c’est Monsieur Pierre-André Durand, nouveau Préfet depuis mi-septembre de Seine-Saint-Denis, qui nous a dressé le bilan de son prédécesseur, Philippe Galli, dont j’ai tenu à saluer la disponibilité, la qualité et l’écoute quant aux différentes sollicitations que je lui ai relayées tout au long de ces trois ans.

L’occasion aussi, de rappeler lors de l’arrivée de ce nouveau Préfet ma volonté de continuer à travailler en coopération avec l’Etat tout en étant exigeant sur différents sujets, qu’il s’agisse des questions de sécurité sur le déploiement de moyens humains en Zones de Sécurité Prioritaire, mais aussi de la candidature de la Seine-Saint-Denis aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 ou encore de poursuivre notre travail partenarial entre l’’Education Nationale et le Département dans nos collèges. Un mot de bienvenue mais surtout d’exigence et de lucidité quant au travail qu’il nous faudra continuer de conduire pour porter, ensemble, l’avenir des habitants et du territoire.

Lors de cette séance, la première de mes questions au Préfet a porté sur une demande d’éclaircissement suite aux récentes annonces du Ministre de l’Intérieur, Bernard CAZENEUVE, concernant le renforcement des effectifs de police pour notre Département. Ainsi, ce sont bien 300 fonctionnaires de police supplémentaires en reliquat net qui vont rejoindre notre territoire avec la création d’au moins une unité de force mobile en sécurisation. Dès demain ce sont 172 Gardiens de la Paix qui seront accueillis dans le 93 et la seconde arrivée pour solder le quota des 300 nouveaux policiers s’effectuera en décembre prochain. De même, un budget supplémentaire de 3 millions d’euros sera consacré par l’Etat pour loger ces fonctionnaires de police sur le Département permettant ainsi de rendre la Seine-Saint-Denis plus attractive comme destination d’affectation ou de mutation.
De plus, le Préfet a pu me confirmer l’engagement du Ministère de l’Intérieur à créer deux nouveaux commissariats qui seront bien livrés fin décembre 2019 dont un à Saint-Denis et le second à Aulnay-sous-Bois.

Ma seconde question, portant sur la santé, s’est orientée sur la désignation du futur établissement support concernant le Groupe Hospitalier Territorial. En effet, l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis devra se regrouper avec le Centre Hospitalier de Gonesse. Ensemble, les deux hôpitaux formeront ce qu’on appelle un GHT (Groupe Hospitalier Territorial). L’un des deux, devait être désigné comme établissement support en juin dernier, mais faute d’accord par les deux tiers des membres des instances des deux centres, ce sera à l’Agence Régionale de Santé de soumettre une proposition. Le Préfet a pu à cette occasion m’indiquer qu’une désignation par le Directeur de l’Agence Régionale de Santé aurait bien lieu fin octobre, puisqu’aucun accord entre les hôpitaux n’a pu être trouvé. Lors de cette question, j’ai pu à nouveau défendre la désignation de l’Hôpital Delafontaine comme établissement support, en rappelant que la Seine-Saint-Denis n’était dotée que d’un seul GHT alors que le Val d’Oise en bénéficie déjà de deux et ce, alors que la population séquano-dionysienne représente plus d’un million cinq d’habitants contre 1 million deux pour le 95 et que la dynamique démographique des deux départements montre clairement que c’est en Seine-Saint-Denis que les besoins sont les plus importants.

Enfin, même si notre Département a bénéficié de moyens importants déployés en cette rentrée scolaire puisqu’il a profité de 503 créations de postes supplémentaires d’enseignants dont près de 110 affectés spécialement aux remplacements des professeurs absents du jamais vu jusqu’alors. J’ai donc souhaité lui demander si ces nouveaux moyens seront suffisants pour endiguer les absences consécutives qui ne manqueront pas de survenir dues aux vagues d’épidémies hivernales. Quelques jours après les annonces de la Ministre sur les moyens de résoudre les problèmes de remplacement,, le Préfet s’est montré rassurant quant à l’objectif de l’Etat de continuer à palier à toutes les absences dans le premier degré. Il m’a indiqué que jusqu’à présent, en Seine-Saint-Denis, l’absence d’enseignants dans le premier degré n’avait pas excédé plus de quelques heures, que la brigade de remplacement des professeurs serait maintenue.

Education, sécurité, santé, autant de sujets qui vous concernent au quotidien et sur lesquels je continuerai à porter vos légitimes attentes et d’être exigeant pour que chacun accède à un service public de qualité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close