Top Menu

Posts By Mathieu Hanotin

Nous ouvrirons à Saint-Denis une antenne de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH 93). La taille de notre ville et le besoin d'échanger directement avec des professionnels au-delà des démarches en ligne rendent nécessaire un service public de proximité pour les personnes en situation de handicap. Cette antenne MDPH dans notre ville facilitera les démarches et l'accès au droit des enfants, des adultes et des familles.

Avec toute l'équipe de Notre Saint-Denis, nous sommes régulièrement venus à votre rencontre sur les marchés, devant les écoles et les gares, en réunions publiques, chez vous, etc., pour vous présenter les premières mesures que nous souhaitons mettre en œuvre pour améliorer la qualité de vie à Saint-Denis sur les plans de l'éducation, de l'écologie et de la sécurité. Tout au long du mois de décembre, nous serons au pied de chez vous, dans chaque quartier, pour vous présenter ces propositions et surtout échanger avec vous, entendre vos idées et préoccupations et construire ensemble la suite du programme. Téléchargez la brochure ici et à très bientôt sur l'un des 14 points de rendez-vous : 1) Lamaze, vendredi 6 décembre à 18h, devant le Franprix Saint-Rémy; 2) Saussaie Floréal Courtille, samedi 7 décembre à 10h, devant La Poste; 3) Front Populaire, lundi 9 décembre à 18h, à la sortie du métro;…

Après avoir présenté les propositions de Notre Saint-Denis en faveur d'une ville plus sûre et apaisée pendant plusieurs semaines, nous avons échangé à ce sujet. Tou.te.s ont pu s'exprimer sur les préoccupations et les attentes, très fortes, à l'approche des élections municipales. La municipalité actuelle n'en ayant pas tenu compte depuis toutes ces années, la situation s'est dégradée et les habitants attendent impatiemment la mise en œuvre des propositions ambitieuses et mesurées de Notre Saint-Denis. Merci pour votre participation, vos témoignages et votre confiance ! Merci à Sébastien Pietrasanta, ancien Député-Maire d’Asnières-sur-Seine, spécialiste des questions de sécurité pour sa présence à nos côtés.

Le groupe des élu.e.s d'opposition a interpellé ce jour Laurent Russier suite à l'utilisation d'agents de sécurité pour assurer des missions de sécurisation de l'espace public. Laurent Russier et sa majorité n'ont eu de cesse tout au long de ce mandat, et encore pas plus tard que ces derniers jours, de critiquer la volonté des élu·e·s d'opposition de renforcer les prérogatives de la police municipale en lui confiant des missions de sécurisation de l'espace public ou d’utiliser en direct de la vidéo protection par des agents de la Ville pour prévenir, déclencher et guider des intervention de police. En revanche, ça ne dérange pas ces donneurs de leçons, qui tentent de cacher leur bilan catastrophique, de confier à une société privée des missions qu'ils refusent de confier à des agents publics au sein d'une police municipale. Peu de doutes que ces agents disparaissent au plus tard au lendemain des élections…

Le Maire et sa majorité ont attribué 80.000 euros de subvention à la Maison du Commerce et de l'Artisanat de Saint-Denis(MCA), sans réel bilan et projets pour l'année. En difficulté pour faire passer cette subvention, Laurent Russier a fait voter les conseillers municipaux qui participent directement à l'administration de l'association malgré le conflit d'intérêt évident. N'importe quelle autre association aurait eu sa subvention supprimée mais après le clip de soutien de la MCA à Stéphane Peu en 2017, il faut peut-être s'attendre désormais à un clip officiel en faveur de Laurent Russier financé par les Dionysien·ne·s et évidemment contraire à la loi? Le Parisien revient sur cette mascarade à laquelle nous nous sommes vertement opposés

La récente évacuation du camp de l'avenue Wilson où des centaines de migrants vivaient dans des conditions sanitaires et sociales indignes était nécessaire. A la présence d’un camp de réfugiés et de demandeurs d’asile présent depuis de nombreuses années et non pris en charge par l’État s’était en effet récemment ajoutée la venue de toxicomanes en situation de grave vulnérabilité et depuis peu de délinquants. La situation non traitée de façon globale n’était plus tenable et il était urgent de répondre enfin à la détresse des riverains qui subissaient d’insupportables nuisances. Au delà de la mise à l’abri temporaire qui a été mise en place par les services de l’État, il est désormais nécessaire de trouver une solution métropolitaine, voire nationale, de prise en charge et d’hébergement des demandeurs d’asiles et des réfugiés qui doivent pouvoir être accueillis dans de bonnes conditions et de façon équitable sur l’ensemble du territoire.…

Close